ERTAN SUER/ RASOIR SABRE FRANCE

63ywxz.jpg

 La fabrication de rasoir coupe-choux se décompose en plusieurs étapes principales et multitude d'étapes secondaires, le nombre d'intervention sur un rasoir peuvent atteindre 100 à 120 suivant le niveau de qualité voulu:

1)Forge

2)Traitement thermique

3)Dégagement de la pièces de ses bavures de forge

4)Emouture,

5)Polissage du creux

6)Préaffutage

7)Polissage intégrale

8)Marquage de crant

9)Mise en forme des nez

10)Montage

11)Affutage 

12)Affilage sur cuir

1- La forge

1.1 L'acier

Pour la fabrication de rasoir, un acier de bonne qualité est primordiale, car les contraintes mécaniques lors de la forge et de la trempe ne tolère pas d'impureté, le degrès de carbone doit être de l'ordre de 0.7 à 1% voir plus. Le minérale doit donc être propre (fer) pour que le mélange ne produise pas en surplus de scories qui nuiront à la structure de la lame. Aujourd'hui le processus est fortement contrôlé et nous  jouissons d'aciers de très bonne qualité. Notre forge partenaire à Noiretable forge nos lames à partir d'acier français 100c6 d' Usinor et ceux de Solingen un acier 115Crv13 dit acier argenté suédois.

1.2 Le processus de forge

Les rasoirs prennent formes en forge et sont à l'origine des cables ou des carrés d'acier étirés et chauffés à 1200°c ensuite frappés par le marteaux de forge. Aujourd'hui la puissance des marteaux permettent en une seule percussion de donner la forme des outils, par rapport aux années 1950 ou il fallait plusieurs accoups pour donner la forme, ces petites forges étaient alors des martinets très employés à Thiers.

Un deuzieme coup viendra donner les contoures de la pièce et le dernier la découpe.

Le travail de forge est très important et en même temps très complexe, car il demande de bien calculer la force de frappe du marteaux suivant la forme de l'estempe et la qualité d'acier employé. Un objet mal frappé peut donner des irrégularitées structurelles dans l'acier qui ensuite lors de la trempe se transformera en "paille" c'est à dire des sillons qui éclateront lors du choc thermique.

L'usine de forge doit aussi penser à donner une pièce qui doit pouvoir se rapprocher au plus du produit fini pour faire gagner du temps et de la fourniture d'usinage au fabricant.

2) Le Traitement thermique

Dit aussi trempe, il va permettre de cristalliser les atomes entre-eux et donner la durcité voulu. Les particules de carbones sont très importantes dans cette cristalisation, car elles vont jouer le rôle de ciment et permettre  une dureté extrême à l'outil. Pour un rasoir en acier carbone  on monte généralement la température aux allentours de 950 degrès, s'en suit un refroidissement brutale dans de l'eau, ou encore aujourd'hui à l'air.

La fabrication d'un rasoir coupe-choux se décompose en plusieurs partie, qui débute du polissage grossier de la lame sortie de forge vers l'émouture et ensuite polissage du creux et des entablures.

3) Dégagement de la pièce de ses bavures

La première étape va être de débarasser la pièce de ses bavures restés de la découpe de forge et ôter la calamine formée sur la pièce après la trempe. Pour cela on utilise un backstand avec un grain fort.

4)Emouture

L'émouture va nous permettre de faire sortir le tranchant et creer l'évidé, cela à plusieurs niveaux selon le  type de lame voulu. Les rasoirs que nous proposons sont généralement de 3 types d'évidage: semi-creuses, évidés, évidés sonnant.

On va utiliser pour cela le procédé mis en place par l'ingenieurie Allemande avec plusieurs type de meules et grain pour dessiner la pièce. Ces étapes sont faites entièrement à la main et la machine à évider HEXE permet une régularité de l'émouture. Cela recquiert un bon coup d'oeil et une bonne sensibilité.

Les pièces une fois évidées sont polies

5)Polissage du creux

Fait sur un petit touret, on va ainsi redesiner les entablures et supprimer les traits des meules lors de l'évidage. Ces opération sont nombreuses car nous devons passer plusieurs feutres émerisés sur les différentes partie de la lame, jusqu'au point de préaffutage.

6) Préaffutage

Avec un feutre émeriser nous allons faire peaufiner le biseau de la lame pour laisser un tranchant fin et reaffilable facilement

7)Polissage intégrale

La lame doit être ensuite poli soie, dot, crochet sur plusieurs bandes abbrasives, cisalles et lustreuses. Le poli glace demande beaucoup d'énergie et d'application.

 

8) Crantage

On crante la dessous soie afin de permettre une bonne prise de la lame. Certains modèle de type "Bismarck" en demi soie arrondi en sont exempts.

9)Mise en forme des nez

A la bande abbrasive ou avec de petites meules les nez sont dessinés puis poli selon le modèle de rasoir déssiner. Le nez le plus commun, rond demande peu d'exercie au contraire d'un nez antique ou barbernotch qui demanderont plus d'application.

10) Montage des rasoir dans leurs chasses

Les rasoirs sont montés à l'aide de petits clou ou rivets en maillechort ou laiton, avec deux anneaux pour les sertir. Deux rondelles interieurs limitent la friction entre la lame et la chasse. L'ajustage se fait avec un petit marteau de type horloger.

11)Affûtage

On passe les rasoir après montage au bant d'affûtage sur des meules spéciales de type lapidaire. Sur 3 niveaux de finesse les rasoirs sont affûtés. Ensuite les rasoirs sont aiguiser à la pierre.

Nous utilisont 3 pierres de type belges, une bleue puis une jaune (coticule), la dernière est japonaise avec un grain de 12000. Les rasoirs sont coupants mais pas encore prêts au rasage

12) Affilage au cuir

Les rasoirs sont repassés avec un cuir enduit de pâte au chrome puis repassé sur une courroie de lin et enfin polis sur une courroie large en peaux de cheval. Les rasoirs sont ainsi propre à raser dit aussi "Shave Ready

 

 

 

LE GRELOT, Thiers.

 

Le Grelot hospital est né à l'origine de Pierre Hospital qui créa la fabrique spécialisée uniquement dans le rasoir à Thiers en 1912.

Pierre Hospital qui passa 35 années de sa vie à fabriquer les rasoirs meurt en 1913 et laisse place à son fils Jean qui aggrandi l'usine et réussit après guerre à percer les sécrets de la lame évidée allemande et se targue d'être le seul véritable fabricant de rasoir évidé français.

La compagnie devient le plus grand fabricant Thiernois et exporte ses rasoirs dans une quarantaine de pays à travers le monde.

 

Après la seconde guerre mondiale l'activité décroit, elle rachete au passage la marque Champredon Roddier (Jaguar) et vend son fond de commerce en 1985 à la société Welcome.

 

Celle ci estampille dorénavant les rasoirs Welcome, la marque est déposée un dernière fois en 2004 alors que Welcome disparait en 2009.

 

 

 

DOVO SOLINGEN

 

 

La société DOVO gmbH a été fondée en 1906. A l'origine elle produisait uniquement des rasoirs, avec une forge et un atelier d'émoulage. Les fondateurs, M. Dorp et Mr. Voos, employaient 13 personnes.

Peu avant la seconde guerre mondiale, la société est cédée à Mr Fritz Bracht. DOVO gagne des marchés en Amérique du Nord et dans toute l'Europe.

En 1951, un jeune technicien, M. Merten  rejoint la société, DOVO diversifie sa production en y incluant des tondeuses, et des ciseaux pour la coiffure.

L'après guerre est un coup dure pour Solingen, qui voit beaucoup d'usines bombardées et le mode de consommation nouveau donne lieu a un déclin du marché du rasoir traditionnel. DOVO rachète dans ces années plusieurs marques:


1952 - marque "Tennis" (les rasoirs)
1957 - marque «Bismarck» (les rasoirs)
1957 - marque "Ankerflagge" (les rasoirs) de la société Carl Rader
1968 - Erich Hartkopf entreprise. Les ciseaux étaient jointes par des couteaux de poche de la marque «Teufelskerle"
1969 - marque "Kronpunkt" (les rasoirs) de la société Heups
1970 - marque "Fontana" (les rasoirs)
1973 - Heups & Hermes entreprise (pinces pédicures)
1996 - compagnie Merkur (rasage matériel) -> plus d'informations sur les produits Merkur

Dr Ernst Kirschbaum poursuit avec Bracht l'ascencion de l'entreprise,à sa mort, son fils Markus Kirschbaum, diplômé de commerce, prit la direction de  l'entreprise familiale de troisième génération avec à ses côté pour  directeur général Jürgen Stremmel.

Aujourd'hui DOVO SOLINGEN emploit une quarantaine de personnes et est considéré comme le plus grand fabricant de rasoir-droit au monde écoulant ses produits à travers plus de 120 pays.


THIERS-ISSARD

 

 THIERS-ISSARD a été fondé en 1884 par Monsieur Pierre THIERS, né en 1860 et décédé en 1929. 

Lorsqu'il créa sa propre Société, il adjoint le nom de sa femme pour éviter les confusions avec les autres familles THIERS ; celles-ci étaient nombreuses, nous retrouvons plus particulièrement 3 familles THIERS dans la Charte de 1582 qui mentionne tous les maîtres couteliers de THIERS et ses environs.

Si Madame Pierre THIERS assura quelque temps, à la mort de son mari, la continuité de la fabrication, elle fut bientôt aidée par son fils, Monsieur Pierre THIERS (1884-1962), puis quelques années après par Monsieur Louis (1910-1985), et Pierre THIERS (1914-1997). Vint le dernier successeur, Monsieur Philippe THIERS, qui vendit son usine en 1985 à Gilles REYNEWAETER.

 

 

 

 

HERIBERT WACKER SOLINGEN


Mr Wacker est l'un des derniers fabricants de rasoir-droit à Solingen. Fort d'une expérience de plus de 50 années, ses rasoirs aux finitions très soignés sont des pièces de maître.

D'abord affûteur chez DORKO Solingen pendant 30 années, il servit d'autres coutelleries comme BOKER et DOVO lorsque DORKO mis la clé sous la porte en 1985.

Retraité, il commença a produire des rasoirs d'abord à partir d'ébauches de lame de DORKO puis les siennes qu'il fait frapper dès lors par une entreprise de forge spécialisée à Solingen.

Wacker reste une petite production qui produit des lames de qualité, le travail de l'évidage est particulièrement soigné et les lames très équilibrées.


BOKER SOLINGEN



En raison de la demande croissante à une époque politiquement agitée Hermann et Robert Böker décidé de commencer par la production de sabres en 1829. Les statistiques  de septembre 1830 font état d' une production hebdomadaire de 2000 pièces, faites par 64 forgerons, 47 moulins et un certain nombre d'ouvriers flottant. Avec un nombre toujours croissant d'outils et d'ustensiles , la famille s'est rendu compte que l'exportation de ces produits vers l'international allait jouer un role majeur pour l'avenir de la firme. Donc, Hermann Böker décida de fonder Boker & Co. à New York, alors que le jeune Robert a fondé sa société au Canada et en 1865 une branche au Mexique, leaders sur le marché sous le nom de Casa Boker à ce jour.

Heinrich lui traversait seulement  la rivière Wupper pour aller à Solingen, où la coutellerie allemande était en plein essor, et fonde . Böker & Co. avec le célèbre coutelier Hermann en 1869.

Les Bökers à Remscheid et leurs cousins d'outre-mer étaient très intéressés et de la demande des rasoirs, des ciseaux et des couteaux de poche de nouvelle entreprise Heinrich. Ils avaient d'étiqueter leurs produits d'une manière simple pour les marchés d'outre-mer, pour de nombreux clients avaient des problèmes d'orthographe du nom allemand Böker - en dehors de l'analphabétisme généralisé. Heinrich considéré comme le châtaignier comme un logo idéal mémorable, qui appartenait à la société Remscheid par un autre, d'une flèche. L'un des documents rares et précieux, qui ont survécu à la destruction totale de la Seconde Guerre mondiale est une annonce de Böker Remscheid à partir de 1874, montrant les deux logos.

La relation entre les deux sociétés Böker a toujours été très amicale.

Après plus de 100 ans d'existence de l'arbre vénérable a été abattu par un coup de foudre en 1925. Un artiste de talent taillé une image de l'arbre majestueux dans un morceau de tronc d'arbre original qui orne le bureau du dirigeant à Solingen.

Le marché des États-Unis est devenu le principal client de la production Böker dès 1900 avec H. Boker & Co. à New York en se concentrant sur Solingen couverts. La demande pour les couteaux de poche bientôt battre que pour d'autres produits, comme des ciseaux ou un rasoir. En temps voulu, les capacités de Solingen ont été épuisées et les New-Yorkais ont commencé leur propre couteau de poche de production, à laquelle ont été ajoutés des pinces plus tard. En raison de l'arbre de marque était bien établie d'ici là et la bonne entente au sein de la famille internationale Böker n'y avait pas de problème pour obtenir la permission de Solingen à utiliser l'arbre de marque pour les produits américains aussi. Depuis lors, il y avait deux lignes différentes de couteaux Böker sur le marché aux États-Unis, avec des logos identiques et parfois même des numéros d'articles identiques, une ligne Made in USA, l'autre Made in Solingen, seulement pour être distiquished par les marques "Boker USA» ou "H.Boker Amélioration Couverts Solingen".

Au cours de la Seconde Guerre mondiale le contact USA Date de mort. L'usine de Solingen a été complètement détruit sans machines restantes, des outils, des catalogues ou des échantillons. Les originaux quelques vieilles que nous avons à notre disposition aujourd'hui a survécu à la guerre en propriété privée et nous ont été fournis. La société a également perdu l'un de ses biens les plus précieux: l'enregistrement d'arbres marque a été saisi conformément à la loi américaine. John Boker jr. ai acheté à New York pour le sauver de la revente de produits américains et allemands. Peu après la guerre, la vie nouvelle a commencé à se réveiller dans l'usine détruite. Les anciens artisans sont revenus et ont aidé à reconstruire des bâtiments et de la production et de retrouver le haut niveau de qualité.

La restauration de leur relation d'affaires à Solingen les cousins américains placés premières commandes. En quelques années Boker New York était le principal client à nouveau. Les modèles 7588, 7474 et le modèle phare vieille 182 ne pouvait pas traverser l'océan assez rapidement pour atteindre amis Böker dans tout le pays.

Dans les années 1960 Boker Etats-Unis a été vendu aux célèbres ciseaux fabricant Wiss & Sons, qui ont gardé jusqu'à la production de couteaux Böker de les vendre à des produits Solingen. Ciseaux Böker disparu du marché, étant un concurrent de Wiss. Dans les années 1970 Wiss vendu à la multinationale Cooper Industries. Pour Böker ce changement s'est avéré benificial, générant une entreprise à proximité et une relation personnelle avec Cooper, qui a restauré le nom de Böker à son ancienne grandeur. Pendant les huit années de cette relation a duré actif, Solingen a été en mesure de rationaliser la production et développer de nouveaux produits modernes. Böker aujourd'hui la plus large gamme de sports et de couteaux de collection avec une variété anmatched de la lame et les matériaux de la poignée.

Cooper arrêté leur propre couteau-production en 1983. Modèles actuels sont encore en production à Solingen. Trois ans plus tard Solingen repris les droits de la marque Ameriacan à la suite de négociations amicales avec Cooper et était therfore en position d'entrer dans l'énorme marché américain. En Juillet 1986 Boker USA, Inc a été créée à Denver, dans le Colorado avec Chuck Hoffmann, l'un des membres de l'équipe d'origine, toujours en position de directeur général avec une équipe jeune et flexible.

Böker doit son importance élevée sur les marchés sud-américains en Argentine, au Mexique et aux Chlie les hommes capables de la famille Böker qui a travaillé pour nous il n'y a dans les 19e et 20e siècles. La marque actuelle comprend les TREEBRAND étiquettes et Arbolito. En raison des fluctuations extrêmes économique et politique en Argentine le bon nom de Arbolito était sur le point de tomber dans l'oubli. En 1983 Böker Arbolito SA a été créée en collaboration avec la famille Salzmann, qui se spécialise principalement sur les ménages et les couteaux de travail. Merci à la rationalisation constante et extension de la gamme de produits de la société Buenos Aires est en mesure d'entrer dans la compétition mondiale avec des produits sélectionnés aujourd'hui.

CARL FRIEDRICH ERN, SOLINGEN WALD

L'entreprise née en 1873 à Solingen dans le village de Haan. Carl Friedr.Ern est issue d'une famille coutellière spécialisé dans la fabrique de rasoir-droit, il succède donc à son père Nathanael Ern et fait prospérer l'affaire. En 1876 l'entreprise déménage et ouvre une usine à Wald (Solingen).

Durant cette période (1850-1900) Solingen détrone Sheffield dans la fabrication coutellière et notamment des rasoir-droit. Les Allemands sont vite reconnus champion de l'évidage de lame et de l'acier fondu.

En 1893, ERN marque un point important en  fabriquant la première machine à évider "Hexe" qui creuse la lame des deux côtés en même temps par un système des deux meules tournant en sans contraire. Cette trouvaille va révolutionner la fabrique de rasoir et porter le nombre de pièce à 1000 par jours usiné chez ERN!

Ern devient ainsi l'une ou la plus grosse fabriques de rasoir au monde en produisant des lames sous de nombreuses marques et touchant tous les continents dont particulièrement l'Asie et le moyen-Orient.

Les lames ERN sont toutes d'excellente qualité et la qualité d'évidage est très au point. Les lames sont légères et très maniables.

En 1921, l'entreprise rachète TURBAN est se met à produire des ciseaux, puis des tondeuse de coiffeurs etc.

Après le seconde guerre mondiale, le marché du rasoir-droit décroit et comme beaucoup de fabricants ERN connait une crise grave et arrête de produire en 1975.

FILARMONICA, JOSE MONSERRAT POU, MATARO ESPAGNE

http://rasoir-sabre.com/c/14-category/rasoirs-anciens-neuf-d-epoque-nos.jpg

La firme FILARMONICA a été fondé en 1915 par José Monserrat Pou et spécialisée dans la fabrication de rasoir droit. L'entreprise est familiale et produit des articles de qualité, les rasoirs "extra-évidés" veulent concurrencer les productions allemandes. Pour cela on utilise des aciers très fin type Suédois.

La marque "Doble Temple" ou double trempe gagne des part en Europe mais surtout dans les pays anciennement colonnies Espagnoles d'Amérique du Sud.

Plusieurs séries ont existé  parmis elles Doble temple  (double trempe), Subcero (cryogénique),Medallón taurino (thème de la coridda), Barbas duras(barbes dures),Tridur(traitement de surface inox),Novodur(acier inox),Especial(spécial), Imperial(Impérial), Corte de pelo(à effiler).

Dans les années 40 la productions intègre aussi les ciseaux de lingère et de coiffure.

En 1967, la firme se procclame Premier exportateur mondiale.

En 1971, Jose Monserrat décède et laisse la succession à son fils

Le marché décroit et l'entreprise ferme en 1990, le nom est racheté par un géant de la cosmétique espagnole.

Note: ces rasoirs aujourd'hui sont très recherchés, à éviter les derniers FILARMONICA produit dans les annés 1988-1990 souvent vendu dans une boite carton noire ORO DE SELLO et les rasoir sans dorure ni marquage sur la soie. Ces dernier sont de mauvaise facture..!

REVISOR SOLINGEN

L'entreprise est né en 1919 et fondé par Carl Friedrich Schmit. Elle produit essentiellement des rasoir-droit et quelques articles de coutellerie ( ciseaux et canif). Après 1950 les activités de l'entreprise décroit et l'usine ferme comme beaucoup d'autres à Solingen, l'entreprise n'existe que par le nom.

En 2003 l'affaire est cédée à Mr Kronenberg, en 2007 celui acquiert le nom et les droits afférent à REVISOR SOLINGEN.


La petite entreprise familiale avec à son service deux des ouvriers les plus expérimentés en la matière, produit quelque milliers de pièces par années.

 

HELJESTRAND, ESKILSTUNA pour KINDAL à Paris.

La maison fut fondé en 1808 à Eskilstuna, Suède.

Article en suédois.